Proximité et transparence au service de nos concitoyens

Mes engagements - Mon projet pour la circonscription

Survolez les images pour visualiser rapidement les propositions et cliquez sur les images pour accéder au détail des propositions.
  • Lutter contre la diversification médicale

    Unknown

    En charente, comme dans beaucoup de départements ruraux, nous rencontrons un problème important d’accès aux soins avec le développement de nombreux déserts médicaux. Les agglomérations comme Angoulême et Cognac sont aussi touchées par ce phénomène.

    Depuis plusieurs années, je travaille activement sur ces sujets avec tous les professionnels compétents (médecins, hôpitaux, élus, usagers des services publics)

    Les propositions que j’ai à faire en la matière sont multiples et pour certaines, vont demander du temps et de l’acharnement pour permettre aux responsables politiques de prendre conscience des enjeux primordiaux pour la survie de nos territoires.

    La première chose est d’inciter fortement à l’implantation de professionnels de santé, deux moyens existent.

    D’abord, créer, comme pour les pharmaciens, un système de licences professionnelles pour contrôler l’installation des médecins sur nos territoires et en limiter leur nombre dans des zones ou de trop nombreux professionnels sont déjà présents. Les études de médecine sont publiques et la contrainte à l’installation les premières années d’exercice me semble un juste retour de l’investissement public.

    Puis, faire des aides réellement incitatives à l’installation dans des zones en situation de désert médical. 

    Il faut également travailler au développement de pôle santé et au regroupement de professionnels médicaux et paramédicaux, tout en intégrant et en impliquant les hôpitaux publics dans la réflexion.

    Inciter les territoires à développer et a animer leurs Contrat Locaux de Santé, projets de cohésion territoriale à travers lesquels, l’état est partie prenante et peut apporter son concours financier.

    Travailler sur la mise en réseau et les dossiers partagés et ainsi garantir la continuité des soins. Ceci n’est possible qu’avec l’accord des patients concernés qui pourront limiter le nombre de données à échanger et seront garant de leurs données informatiques.

    Faire de la promotion de nos territoires dans les grandes universités françaises médecine pour inciter de jeunes professionnels à s’installer dans nos régions.

    Inciter les médecins généralistes mais aussi les spécialistes à s’engager dans une démarche de maître de stage et ainsi permettre à des jeunes de découvrir notre région et peut être d’avoir envie de s’y installer.

    Pourquoi pas demander à l’ARS de pouvoir apporter un soutien technique et humain dans des volontés partagées de développer des projets de maison ou pole de santé.

    Il faudrait créer une filière de formation nouvelle : Assistante de médecin généraliste avec un cursus à la fois administratif (traitement du 1/3 payant généralisé, capacité de réaliser des entretiens, gestion des rendez-vous, accueil physique et téléphonique) et médical (préparation des patients, réalisation de questionnaire de santé, premiers soins, prise de tension, température etc..).

     

    Unknown
    Lutter contre la diversification médicale
  • Contribuer au développement économique

    Unknown-1

    Il faut se dire clairement les choses : ceux qui créent de l’emploi et favorisent l’économie sont majoritairement les entreprises. Les députés votent ou non les lois de soutien à l’économie à l’Assemblée Nationale, des lois générales qui ne peuvent inclurent des cas particuliers locaux.

    Le candidat qui vous promet de créer des emplois dans le cadre de son mandat de député, vous ment. Dans le cadre du mandat de parlementaire, les actions sont limitées. Le développement de réseaux peut permettre cependant de contribuer au développement de projets intéressants.

    La première chose, c’est de recevoir tous les porteurs de projets, les chefs d’entreprise et d’être « faciliatateur » dans leurs développements. Je m’engage à le faire.

    Ensuite, il faut également recevoir les demandeurs d’emploi et travailler sur leurs profils, leurs besoins en formation, les orienter vers les structures de l’emploi les plus adaptés à leurs profils. Les conseiller et les accompagner dans leurs démarches.

    Je participe au dispositif « 100 Chances, 100 emplois », piloté par la mission locale et Martell à destination d’un public de 18 à 30 ans. Je suis marraine de demandeurs d’emploi et je souhaite le rester.

    Il faut faire en sorte que les filières de formations locales correspondent à des besoins identifiés réels. Pour se faire, j’ai déjà demandé au directeur du pole emploi de Cognac de travailler sur ce sujet, un groupe doit être constitué.

    Après discussion avec son directeur, je dois également intégrer le groupe de travail formation dans le cadre de l’association « Spirit Valley » dans lequel je peux être relais d’information et porteuse d’idées pour notre territoire.

    Avec un entrepreneur talentueux de Barbezieux, nous travaillons au développement d’une IGPA « couteaux charentais » avec l’aide de la section coutellerie de Barbezieux en s’appuyant sur le savoir faire professionnel local. Le développement de filière spécifique est également créateur d’emploi.

    Travailler pour inviter les collectivités locales à intégrer des clauses sociales et environnementales dans leurs appels d’offres pour favoriser l’emploi local. 

    Je serai le « VRP » de notre circonscription, de ses talents, de sa richesse. J’organiserai régulièrement des rencontres pour créer des synergies entre professionnels et politiques, tant au niveau local que national.

    Titulaire d’un diplôme en Gestion et administration des entreprises, en méthodologie de projet, je souhaite mettre à disposition toutes mes compétences professionnelles actuelles à disposition du plus grand nombre pour contribuer à développer notre territoire. 

    Unknown-1
    Contribuer au développement économique
  • Des permanences au plus près des territoires

    Capture d’écran 2016-09-01 à 14.33.45

    Tous les mois, j’assurerai des permanences de proximité au plus près des territoires pour que chacun d’entre vous puisse me contacter facilement. Les permanences seront organisées sans rendez-vous.

    La démocratie, c’est aussi écouter et entendre les avis, les craintes, les coups de coeur ou coup de gueule de tous nos concitoyens. Une fois élue, je serai la député de la tous les électeurs, pas seulement de ceux qui ont votés pour moi. Je recevrai avec le même respect, la même liberté d’expressiontous deux qui en feront la demande. Toutes les expressions et les opinions doivent être respectées.

    Faire des permanences, permet de déceler des failles, des non sens administratifs, des vides juridiques. Ces défaillances peuvent être corrigés par le député, qui va poser des questions écrite, orales, proposer des rapports, des propositions de lois. C’est ce que je souhaite faire. Je suis favorable à la mise en place de politiques ascendantes et non descendantes : La loi doit partir d’un constant local et non de la tête d’un « énarque » planqué dans le bureau d’un ministère. C’est de cette manière là, que la légalisation sera la plus adaptée aux réalités sociales, économiques et environnementales de notre pays.

    Je m’engage (en dehors des congés d’été) à garantir une proposition de rendez-vous dans les deux semaines suivant le premier contact pour les personnes valides résidant dans la circonscription. Parce que la démocratie, c’est aussi de pouvoir assurer un lien permanent et un contact rapide. Pour plus d’efficacité et de démocratie, il est indispensable de se rendre au plus près des territoires. Il vaut mieux déplacer un député pour 10 personnes que 10 personne pour un député.

    Dans le cadre de la rationalisation des déplacements, ces temps de permanence doivent se coupler avec des rencontres (élus, entreprises, vie associative)

    Capture d’écran 2016-09-01 à 14.33.45
    Des permanences au plus près des territoires
  • Transparence financière totale

    Unknown-2

    Chaque mois, je publierai sur mon site internet l’intégralité des dépenses effectuées chaque mois dans le cadre de mon mandat pour rendre compte à l’euro près de toutes les dépenses réalisées avec les dotations d’argent public qui sont octroyés aux parlementaires

    Chaque année, je ferai un bilan au moment des voeux pour rendre compte de mon activité au plus près de nos territoires.

    Je créerai une commission publique pour octroyer les subventions de la réserve parlementaire, commission composé d’élus, de responsables associatifs et de citoyens, qui devra en premier lieu élaborer un règlement intérieur. Chaque année 130 000€ peuvent être attribuées aux communes et aux associations pour subventionner de l’investissement locale. La population considère trop souvent ces enveloppes comme « occultes » puisque chaque parlementaire en dispose selon son bon vouloir. La proposition de création d’une commission, permet de garantir la transparence et l’équité sur la répartition de l’enveloppe.

    Je crois fermement que les français en ont marre d’avoir l’impression que la classe politique est au dessus des autres, ils souhaitent plus de transparence et de comptes rendus d’activité.

    Si je suis élue députée, je m’engage pour garantir une transparence financière la pus totale.

    Unknown-2
    Transparence financière totale
  • Non Cumul des mandats exécutifs

    Capture d’écran 2016-09-01 à 13.58.22

    L’emploi d’un député est chargé. Il reparti son temps entre Paris (avec le vote des lois et le travail dans les commissions à l’Assemblée nationale) et la circonscription ou il assure des rendez-vous et des rencontres avec la population et les élus.

    Pour faire ce travail avec le plus de disponibilité et assurer à la population la plus grande des disponibilités, il est impossible à mon sens de cumuler des fonctions exécutives (Maire, Maire Adjoint, Conseiller départemental, régional, Président d’EPCI)

    Les mandat locaux demandent beaucoup de disponibilité pour développer des projets et des partenariats. Les réunions sont multiples.

    Je fais parti de ceux qui considèrent qu’il n’est pas envisageable pour faire serieusement son travail de cumuler les mandats exécutifs à responsabilités.

    De fait, je m’engage à démissionner de mes fonctions d’adjointe au Maire de Cognac en charge des solidarités, de la prévention et de la santé pour me consacrer pleinement à mon mandat de député. Par ailleurs, je continuerai à siéger comme conseillère municipale de base, sans indemnités au sein de la majorité municipale jusqu’à son renouvellement en 2020.

    Je m’engage également à n’être candidate à aucune élection intermédiaire pour me consacrer pleinement à mon mandat.

    Capture d’écran 2016-09-01 à 13.58.22
    Non Cumul des mandats exécutifs
Go Back

La seconde circonscription

168 communes 112427 habitants,

La deuxième circonscription législative a été "redécoupée" en 2012 passant de 8 à 13 anciens cantons.

Villebois Lavette, Blanzac, Aubeterre du Dronne, Chalais et Montmoreau ont ainsi été rattachés à l'ancienne circonscription de Cognac.

C'est une circonscription riche de son histoire, de son savoir faire, de sa culture et de la vérité de ses territoires.

Quelques chiffres clef de sa population :
- 32,4% de retraités
- 32,8% sont ouvrier ou employés
- 57% d'hommes et de femmes de 20 à 64 ans.
- 51% de femmes sur la population totale.

  • Une Ville Phare : Cognac, Connue dans le monde entier
  • Traversée par 4 communautés de communes ou d'agglo : Grand Cognac, Les 4B, Grand Angoulême , Tude drone Horte et lavalette
  • Une industrie qui pèse lourd dans la balance commerciale régionale : L'industrie du Cognac
  • Terre de richesses culturelles, patrimoniales et touristiques : François Premier, l'église souterraine d'Aubeterre, Cognac Blues Passions etc..

Dernières news

Rendez-vous sur le Blog!